Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 18:57

Samedi 02 et Dimanche 03.Mai 09, Fête du Port à la Possonnière.

Samedi midi rendez-vous était pris pour le pique-nique près du club de canoë-kayak de Bouchemaine. Peu d’équipages ont répondu présents. Nous attendons donc patiemment que petit à petit les bateaux se rassemblent sur la berge de la Maine afin de rallier en flottille par voie navigable le port de la Possonnière.


14h30, départ pour une petite heure de navigation et regroupement pour le traditionnel petit coup à boire, sans lequel les mariniers présents seraient en manque !

Fin d’après midi toute cette flottille composée de bateaux divers et variés (gabarres, toues, futreaux, plates de Loire, voile-avirons, canoës, etc…), entrent dans le port de « la Posso », qui en cette période est en pleines eaux.


Soirée fouaces ou grillades et nuit calme sur place. A ce sujet avouons que notre fourgon nous est très utile et bien pratique.


Dimanche, réveil en douceur, « y a tout de même pas le feu sur la Loire », petit déjeuner et attente de la suite du programme, à savoir, le baptême d’une nouvelle venue sur la Loire : une toue nommée « la Louise ». Mais avant cet heureux événement, à la demande du public, Philippe ne s’est pas fait prier pour pousser la chansonnette, accompagné à la voie du coeur des mariniers, à la guitare par Alex, et même par un accordéon.

S’en suit une allocution de Mr Hervé de Charrette venu en voisin et animateur des bords de Loire, puis du président de l’association et pour couronner le tout dans la plus pure des traditions marinières, le vin d’honneur liquidé en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.


Repas champêtre de grillades sous chapiteau, sans oublier, bien sûr, le verre de sangria, sorti d’un tonneau (hélas, pas en bois), jusque là, planqué sur « la Louise ».

Vers 16 h. petite navigation libre pour certains équipages, réflexion pour d’autres, (voir photo), et comme tout à une fin, remballage pour les bateaux qui rentrent sur des roues.

R.V. pris pour la prochaine édition, avec, comme l’ont laissé entendre les FAGAT père et fils, un projet qui devrait en satisfaire bon nombre.


Veuillez s‘il vous plait prendre date pour 2011, je crois, vers la même période de l’année afin d’avoir suffisamment d’eau.

Ce fût encore une fois un très bon W.E.


Guy, Françoise, Sandrine et Christophe

Samedi 02 et Dimanche 03

Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 19:48

Tradition du 1er Mai : descente ADAPSAL


R.V. habituel à St Hilaire St Florent ou nous sommes cordialement invités pour cette descente de Loire qui nous conduira jusqu’à la Ménitré.

Comme toujours, quelques dériveurs, 3 canoës, et !!! Tiens, un gros zodiac et même un petit cabine, tous deux motorisés. Serais-ce là notre assistance ? à moins que ce ne soit pour grossir la flottille? La suite nous montrera leur autre utilité.

Navette pour quelques véhicules vers la Ménitré, terminé la mise à l’eau et départ dans la bonne humeur pour une navigation tranquille, pas de vent pour ce début Mai.

Soudain ! « Équipage à la mer », enfin disons plutôt, à l’eau de la Loire. Pourtant doté d’un équipage aguerri, un dériveur rouge (de colère je suppose !), rase d’un peu trop près la berge et se voit, par un courant malicieux, oubliant sans doute que ces bateaux là ont un mat, se trouve brusquement sous les arbres, puis logiquement dans cette situation : à l’eau. Difficile alors de se tirer seul de ce mauvais sort, c’est là, bien sûr que le zodiac intervient, et avec beaucoup d’efforts, ramène au sec notre infortuné équipage vers la berge ou se sont regroupé les autres navigateurs. Je crois même que Jean Marie à dû se mettre à l’eau ?

Vers 13 h. ha ! Tout de même, arrêt pique-nique sur l’habituelle plage de Cunault (celle là même qui servira pour une étape nocturne, un peu plus tard dans le calendrier de V. et C.).

Casse-croûtes et bouteilles terminés, la navigation reprend, au grès du courant avec la venue d’une brise qui en ravira certains mais qui oblige à une pause sur une plage afin de remettre mât et voilure a une embarcation bien que dénommée dériveur qui avançait à la rame.


Preuve est faite de ce vent bien établi, vers 16 heures, peu après le Thoureil, nous croisons une « toue » et son petit frère « futreau », sous voile, ce qui nous offre un très joli spectacle sur cette Loire qui dans ces parages à souvent l’occasion, d’y voir un rassemblement de ces très beaux et traditionnels bateaux de Loire.

Enfin, et le plus tranquillement du monde, notre petite flottille débarque à la ménitré. Sortie des bateaux sur le quai, re-navette pour quelques véhicules, chargement sur les remorques ou les galerie de toit, congratulations diverses et variées, puis R.V. pris pour la nième édition le 1er Mai 2010.

Si notre calendrier nous le permet, peut-être y serons-nous à nouveau ???

Guy et Françoise

Tradition du 1er Mai : descente ADAPSAL

Partager cet article
Repost0
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 12:01

Ce matin 6h30, gelée blanche dans la campagne, la route est déserte, nous arrivons au moulin de Roudun à Poligné deux heures plus tard, un mulot attend, c’est nous les rats tôt . Voici les autres qui arrivent, mais au moment du départ, il y a toujours des rat’ardataires.

La rivière le Semnon est a peine assez large pour nous contenir tous mais la flottille s’allonge et les premiers nous avertissent des difficulté rencontrées : seuil, barrage, déversoir, arbre en travers, rats’pides ou certains se font peur et passent à la cordelle, ou lâche les kayaks pour les retrouver quelques dizaine de mètre plus loin, virage en épingle dont le courant nous entraîne ou on ne veux pas aller, radier sur lesquels on rat’cle les coques, au bilan du samedi soir huit kayaks de crevés, mais sont rat’fistolés sur place avec du « scotch » en rouleau, pas au goulot.

Lors de certains passages de rat’diers, il faut mettre les pieds dans l’eau aaaaahh ! Quelle est froide !

Mais après quelques minutes on ne sent plus ni la température de l’eau ni ses pieds.

 

L’après midi est plus calme sur la Vilaine, même un peu trop, on s’ennuerait presque.

Le soir on se retrouve au gîte et ensuite au restaurant à Messac.

 

Dimanche matin, mise à l’eau au moulin de la Plesse, il parait que c’est la journée de la chouette, méme difficultés dans ce parcours amont. Dame Jeanne nous offre un vin chaud en guise d’apérot, Manu comme d’habitude nous offre son rat’tafia en fin de pique-nique. Les rats sont fatigués, la sieste est bienvenue, l’ami rat dort, et puis nous sommes presque arrivés.

Quelques coups de pagaies plus tard le moulin de Roudun est en vue, ce fut une belle randonnée, l’année prochaine se-rat-elle plus belle ?

 

Un rat-porté

 

 

NB : les rats sont devenus adultes : oui c'était la 18ème édition

 

en l'an 2009, ce fut l'occasion d'une cérémonie d'intronisation mémorable de Ratabois 1er, 1er Roi Rat qui eut l'idée d'inventer cette manifestation : les rats musqués à l'époque, c'était au siècle dernier, et devenus les rats toqués au XXI siècle;




il ne faut pas oublier l'autre cérémonie, celle du samedi midi, l'érection de l'arbre à saucises, une coutume traditionnelle, très particulière chez les rats toqués, quand le rat pique-nique autour d'un feu !!

un rat-porteur



Partager cet article
Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 19:41

 

Les 5 et 6 septembre 2009

Les Associations, Voile et Canotage d’Anjou, Loire Aventure Amboise et Thorvald Aventure, vous invitent à participer à la 2eme édition de « Loire et Canoë bois ».

Bienvenue à tout passionné de Nature et de Canoë Authentique.

 


Les parcours :

  • Samedi 5 septembre : Montsoreau (départ. 49) à Cunault (départ. 49), soit 24 kms

  • Dimanche 6 septembre : de Cunault à La Dagueniere (départ. 49), soit 21 kms.

 

« Le Canot Camping » discipline Reine sur le fleuve Royal !

 

Sur une île de la Loire, soirée festive et nuit sous tente feront également parti du programme !

 

 

Organisation, programme, fiche d'inscription, renseignement, envoi sur demande, laissez vos coordonnées dans les commentaires

Partager cet article
Repost0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:12
PREMIERE EDITION DE "LOIRE & CANOE BOIS"
2008

Vendredi soir 15 Septembre : PORT de LUYNES, je
retrouve Yannick et Serge suivi par Guy et Françoise puis
Marianne, puis dans la nuit par Jacques et Martine.
Nous avons découvert avec admiration le très astucieux
système élaboré par Guy pour monter seul son canoë sur le
toit de son camping-car.
Samedi 16 : Arrivée, via la route, des 26 autres canoës
attendus, en provenance de toutes sortes de directions.
Petit déjeuner en commun apporté par nos amis de Thorvald
Aventure.
Briefing et recommandations diverses quant à la navigation
en Loire.
Boris monte sa voile !! Nous sommes quelque peu inquiets
pour lui…
Mise à l’eau : les premiers goûtent déjà à un clapot qui nous
fait présager d’un fort vent en aval.
Départ 11 h 30 – Pique-nique un peu plus tard - Le vent s’est
renforcé- Nous voyons arriver Boris dans le lointain. Il
semble qu’il ait renoncé aux plaisirs de la navigation à voile.
A noter : en Loire, il faut rechercher les courants d’eau
permettant un peu de profondeur d’où navigation permanente
en zigzag. Certains téméraires ont opté pour la ligne droite et
se sont retrouvés échoués sur un banc de sable, l’histoire ne
dit pas s’ils étaient nostalgiques de la randonnée pédestre mais
ils ont du pousser leur bateau à pied …
Passage sous le pont SNCF de Saint-Mars la Pile près du Bec
du Cher. Patrick et son fils ont mal géré le seuil et se sont
retrouvés dans l’eau canoë à l’envers. Cherchaient-ils un
rafraîchissement particulier, le vent ne leur suffisant pas, ou
ressentaient-ils un besoin soudain d’hygiène pendant l’effort ?
Va savoir…
(Je précise cependant que j’arrivais derrière eux à une centaine
de mètres environ et que je n’étais pas plus fier que ça et ait
imploré à tout hasard st Nicolas cher aux mariniers lorsqu’ils
étaient dans les mêmes circonstances.)
Le pique-nique
Le vent a eu tôt fait de les sécher .Nous avons ensuite laissé
Langeais sur tribord
et mis pied à terre à Bréhémont après avoir affronté une forte
houle.
Monsieur le Maire nous a accueillis avec bonhomie, bon vin et
bons petits fours qui furent très appréciés : de quoi recharger
nos batteries pour affronter de nouveau la Loire malicieuse qui
nous réservait à nouveau vent, houle, et remous divers pour
l’ultime traversée de la journée après 17 kms de navigation.
C’est alors que nous voyons arriver, un canoéiste en solitaire
qui se jette, lui aussi, sur la collation proposée par Monsieur le
Maire et dont l’embarcation moderne fera sans nul doute
fureur dans 40 ans. Il nous avoué qu’il descendait la Loire
depuis le Mont Gerbier des Joncs et continuait son périple
jusqu’à St-Nazaire. (Dont 150 kms en tirant son bateau sur
chariot.)
Soirée sur l "Ile des Vikings" : Après mise au sec des
canoës, les tentes sont montées, quelques unes se démontent
toutes seules et leurs sardines sont remplacées par des pagaies.
A noter le bivouac très tendance de notre ami Loïc et son
chien terre neuve. Echange de considérations diverses sur
l’évolution du matériel de camping : nous avons pu admirer,
tentes, sacs, coffres, réchaud à alcool, vaches à eau d’une
époque révolue certainement pleine de charme. Puis, chacun
s’est laissé aller à découvrir les embarcations de ses
compagnons de fortune : nombreuses photos ont été prises.
Bon dîner reconstituant : au menu coq au vin ou plutôt pilons
de coq au vin (à ce sujet l’ami Yannick Ragnar m’a juré
confidentiellement qu’ils provenaient d’un élevage de pilons
tout proche. Ils sont fous ces vikings !!! )
Bivouac sur l’île des vikings
Bonne nuit réparatrice bercés par les ronflements des voisins,
puis petit dej’.
Puis briefing sur le thème « j’y va t’y, j’y va t’y pas ? » L’ami
Ragnar qui a consulté les runes (normal pour un viking dans
son île), nous affirme que la vitesse du vent sera de 10
km/heure sans nous préciser pour autant si c’est en + ou en –
par rapport à la veille. Finalement, presque tous décident de
continuer mais il va s’avérer que les 25 kms suivants se
dérouleront plus agréablement que la veille aidés par de forts
courants porteurs et un vent quand même plus faible.
Navigation du dimanche : Après une halte brève sur une île
pour attendre quelques retardataires, nous atteignons La
Chapelle sur Loire où nous pique-niquons dans une ambiance
toujours aussi conviviale ; Tiens ! Revoilà notre canoéiste en
solitaire, toujours aussi fringant le bonhomme !!!
De nouveau sur l’eau , nous croisons la centrale atomique
d’Avoine ainsi que le confluent avec l’Indre et nous avons à
nouveau quelques émotions en passant sous le pont de Port
Boulet : Remous garantis (encouragements de Ragnar et
Freyja au passage) Quelques gouttes d’eau nous font enfiler
dare-dare toutes sortes de tenues sauf notre ami chien terre
neuve qui se livre à un essorage assez amusant à regarder si
tôt la pluie tombée, mais qui donne du fil à retordre à son
maître quant à l’équilibre de son canoë.
Enfin nous découvrons Candes st Martin et Montsoreau :
Paysages de Loire sublimes même si le soleil se montre
quelque peu fugace. Dernière traversée au milieu du clapot,
nous bouclons le dernier Km de notre périple : le n°43
Les canoës sont alignés impeccablement sur le quai pour les
dernières photos.
C’est alors que notre ami canoéiste en solitaire réapparaît une
ultime fois et vient nous dire au revoir, nous le laissons
continuer sa descente.
Chacun repart vers ses pénates, fatigué certes, mais sous le
charme de ces deux jours, en rêvant de la prochaine « Loire
&Canoë Bois ».
Antoine
Partager cet article
Repost0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 09:45
Un souriss.oh, dit le mulot, à la sortie des rats toqués sur le
Lay, les 22 et 23 mars 2008

Un soir du 9 mars, jour d'élections municipales, tard
dans la nuit, j'ai été habillé pour l'hiver d'une grande veste,
certaines mauvaises langues comme Serge m'ont recommandé
de la prendre pour le week-end des rats toqués sur le Lay.
Libre de toutes obligations, je décide de m'inscrire
aux rats dès le lundi, pour prendre l'air et me changer les
idées, une seule place de libre, c'est bon pour le moral,
«Le Lay est sur le feu ! Cette année encore ça va
bouillir ! Ah la vache, qu'il est beau le débit du Lay ! C’est
vraiment un bolet...euh...un beau Lay ! Vous verrez tout ce qui
est beau est Lay» quelques mots de l'invitation à naviguer sur
cette rivière qui traverse le vignoble vendéen
Une météo exceptionnelle est annoncée : froid,
giboulée de neige et pluie, une rivière en crue, le décor est
planté pour le week-end.
Départ 6h30 de Ste Marie, car les organisateurs ont
écrit : rendez-vous 9h30 pétante, c'est plus sérieux que chez
les voileux et canoteux d'anjou.
Sur place, que des inconnus ou presque, et que des
kayaks bois, sauf deux canoës bois : celui des Frères Marais et
le mien «lili bellule», je trouve une équipière pour la descente
Brieffing, bruno obligatoire, (comprendre gilet de
sauvetage, pourquoi ?), Je veux bien la réponse, Et les 36
bateaux sont à l'eau, en 3 groupes, peu respecté, on reconnaît
bien là les marins, en ordre dispersé
Francky, le jeune de l'équipe, inaugure son nouveau
kayak, terminé le jeudi, «il est haut sur l'eau, il n'a jamais fait
de kayak, à suivre de près,...» de multiples réflexions fusent
mais je le sens à l'aise, et il est beau son kayak, bon un peu
lourd, surtout lors des portages.
La rivière est belle, et le paysage défile, des vieux
moulins en ruine, et les traces des crues dans les arbres, un
mètre au dessus de nous, et puis les barrages, il faut sortir les
bateaux, portage, remise à l'eau, ils sont très bien organisés
dans les manoeuvres et tout se passe dans la bonne humeur.
Deux heures de navigation et nous sommes arrivé à la
pose du déjeuner, en plein bois, le temps se maintient, il y a
même une grange au cas ou, près d'une superbe bâtisse qui
ferait bien le siège de notre association.
Certains ramassent du bois mort, un feu pour se réchauffer,
non, pour alimenter le barbecue improvisé en plein air, ils sont
organisés : saucisses, et même le fromage fondu sur du pain
grillé, excellent, et le tout accompagné d'un air de musique, 3
musiciens, l'ambiance est la, tout pour se réchauffer, sans
oublier le petit verre de carburant pour le marin, et la goutte
dans le café.
Après une pause fort agréable la descente reprend,
toujours dans la bonne humeur, mais un bateau se retourne, et
son capitaine est à l'eau, arrêt au stand.
A nouveau un barrage à passer et dans la discussion
du portage, un équipier aperçoit un beau tonnelet au fond du
canoë des frangins, c'est pour mettre le téléphone portable à
l'abri, et Marianne qui charrie Serge, un portable! Oui insiste
t-il, et sourire au lèvre, il ouvre le tonneau et montre à tous son
portable, un téléphone bleu, oui, japonais, en plastique, digne
des jeux smooby, il nous fera toujours rire ce Serge.
Arbre à saucisses
Le samedi soir nous arrivons à Mouthiers sur le Lay,
débarquement périlleux sur l'herbe et la vase, votre serviteur a
été rattrapé de justesse avant qu'il ne tombe à l'eau, comme
Serge qui a bien faillit virer son équipier, notre président, à 2
mètres de la berge dans la vase ...
Navettes de voitures, chargement des bateaux sur les
remorques et direction le village vacances de la Maison
Familiale de Mareuil sur le Lay, une maison, bien chauffée,
une bonne douche, et direction le centre bourg pour une brève
visite du patrimoine, un petit verre de Mareuil au café et
direction le restaurant pour une soirée fort agréable
Une bonne nuit reposante cela faisait longtemps, que
cela ne m'était arrivé
Dimanche.
Pendant deux heures nous recherchons un sac rouge, que jeanclaude
a perdu, chacun regarde dans sa chambre, sa voiture,
rien et puis tout à coup, après le petit déjeuner, pris au
restaurant, un sac rose apparaît, celui de jean-claude, petit
cachotier, on ne veut pas dire que son sac est rose!!!
Navette de voiture et mise à l'eau des bateaux après le moulin,
il fait 5 °c dehors, je mets ma veste, (celle que j'ai prise deux
semaines avant et que Serge m'a conseillé d'apporter), mais le
soleil est présent, et nous voilà tous sur l'eau, il faut pagayer
pour se réchauffer.
La matinée se passe sans encombre, et puis arrivée à Mareuil
sur le Lay; il faut franchir un barrage, porter les bateaux, la
propriétaire de ce très beau moulin refuse que nous passions
sur sa propriété, il nous faut trouver une autre solution, un
petit escalier étroit entre des murs nous servira d'accès à la
rivière, les bateaux sont transportés sur le chant, une opération
délicate pour ne pas les abîmer, et quelques mètres plus loin
c'est la pause avec dégustation vente de vin de Mareuil, cela
servira d'apéro avant le pique-nique.
Pas le temps de faire la sieste, il faut repartir, le vent s'est levé,
et comme d'hab quand on navigue à la pagaie ou à l'aviron, on
a le vent dans le nez, il faut donc pagayer avec énergie, une
pause pour rassembler les rats toqués, pour une photo de
famille, et c'est l'arrivée au pont Eiffel à Lavaud vers 16h
Navette de voiture, chargement des bateaux, et comme nous
avons un peu d'avance sur les horaires, nous décidons de nous
réchauffer en prenant un dernier verre au café à Mareuil.
le petit escalier
Un week-end ensoleillé, une belle rivière, un groupe sympa,
de quoi regonfler le moral après un hiver triste et humide.

"Un rat toqué un peu rat-bougri dans le froid, mais sous un
soleil rat-dieux, navigue au rat-lenti sur son petit rat-fiot, face
au vent qui souffle en rat-fale, mais quand le vent rat-mollit, il
rat-semble toutes ses énergies, et rat-trappre tous les ratmeurs,
il fait des rat-vages et rat-lie l'arrivée avant les autres
et rat-fle la victoire; ni rat-caille, ni rat-grondin, ni rat-leur,
dans la bonne humeur sur son rat-deau, le rat des champs
aime rat-compagner le rat des villes sur l'eau; et en prenant
des rat-courcis pour éviter les rat-dars il lui met toujours, une

rat-clée, même s'il est moins rat-pide que sur l'eau, à ratconter
ses exploits par écrit, (serge, le rat-leur, lui a souvent
rat-pellé, et même rat-bâcher), il a réussi à vous rat-porter
quelqes rat-gots de la première sortie de l'année, mais il a
oublié les blagues rat-finées de serge, rat-porteur de cette

ballade, avant de rat-doter, et n'ayant plus rien à rat-jouter, il
va rat-crocher sa plume pour rat-isser son jardin, au menu
rat-belaisien ce midi : pâté de rat-gondin, rat-dis, rat-cines,
rat-violi, rat-goût, rat-clette pour les savoyards, et
rat'tatouille avec un ptit rat-fraîchissement, mais surtout pas
de rat-icide pour votre serviteur
Un souriss.oh, rat-meur à ses heures, rat-vi de cette sortie."
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Voile et Canotage
  • : L’association Voile et Canotage d'Anjou a pour objet de promouvoir les bateaux traditionnels voile avirons en bois, ou de conception classique, les canoës et kayaks bois, pour découvrir les rivières et plan d'eau de nos régions. De regrouper et créer un lien entre les amateurs et les propriétaires de canots traditionnels. D’organiser ou de coopérer à l’organisation de manifestations.
  • Contact

SORTIES

Ami(e) voileux, canoéïste, kayakiste,

vous souhaitez proposer une sortie dans votre région

 ou vous avez participé à une randonnée, et vous souhaitez publier un article avec photos

laissez vos coordonnées dans contact,

 

Un grand merci à celles, et ceux qui font vivre le blog en rédigeant des articles
et en envoyant des photos
 

 

Rechercher

Construire son kayak en bois

Vous désirez construire un kayak de vos propres mains, un kayak en bois à bouchains, à partir d'un plan ou d'un kit, du Léo de 4,00m au kayak de mer Téo de 5,20m, visitez le site de Pierre : https://ohmyboat.com/blog/

Construction - Rénovation

Vous avez construit ou rénover un bateau bois, un canoë ou un kayak, partagez votre expérience, transmettez votre savoir faire, via un texte, des photos, ou un lien, n'hésitez pas à me contacter.

Nous sommes nombreux à chercher des conseils, pour construire, entretenir, rénover nos embarcations

bateau bois à vendre

Vous souhaitez vendre un bateau bois, ou le donner pour une rénovation, vous pouvez m'envoyer une annonce à mettre en ligne via le formulaire de contact